Commentaires sur POLY à la TV sur Alsace 20

    Mais qu'est-ce que vous faites dans ma chambre à coucher?

    Bonjour l'équipe POLY ! Ayant passé mon enfance au 16 rue Edouard Teutsch, il m'arrive d'y repasser pour revoir le "château" qui a bercé mes rêves d'enfant. Ah quelle belle ambiance de quartier, à l'époque où l'école Branly n'était encore qu'un terrain vague! Il y a un mois, je suis allé dans la cour du 16 rue Edouard Teutsch où, il y a 40 ans, un violoniste venait jouer tous les ans. Les femmes au foyer de l'époque, dont ma mère, enveloppaient quelques francs et les lançaient dans la cour pour ce musicien aux lunettes très épaisses, aveugle presque, qui jouait des airs sur commande. Quel bonheur pour moi qui avait 10 ans: je sortais dans la cour pour ramasser les petits paquets qui tombaient au fur et à mesure que les femmes en bigoudis apparaissaient aux fenêtres. Alors, en voyant les magazines POLY, stockés sous la véranda où je rangeais mon vélo, je me suis dit que la cour du 16 rue Edouard Teutsch avait gardé sa vocation artistique, en plus moderne bien sûr. Fort de cette émotion un brin nostalgique, je quitte l'endroit magique et poursuis ma vie....Jusqu'à il y a quelques jours où je revois le Karrelhof vert (le poêle à bois en faïence) de ma chambre à coucher à l'émission d'Alsace 20 consacrée à POLY. Pas de doute, je reconnais la porte mystérieuse à droite du poële vert, mon ancien "passage secret" transformé en armoire à trésors. Oui, j'ai bien dit « trésors ». J'y accrochais mes "citations préférées" dont celle qui m'accompagne encore et toujours, celle de Nietzsche "Et pour moi aussi, pour moi qui suis porté vers la vie, les papillons et les bulles de savon, et tout ce qui leur ressemble parmi les hommes, me semble le mieux connaître le bonheur". "Mais qu'est-ce que vous faites dans ma chambre à coucher? » me suis-je dit! Alors je suis allé chercher un contact sur Internet, j’ai pu revoir ce reportage sympa, tourné dans ma « chambre à coucher » et j’ai écrit ce commentaire. Et maintenant, je suis content car l’endroit où j’ai reçu mon premier ballon de basket à Noël, où j’ai appris à jouer à l’Harmonica avec la méthode Milteau, à gratter la guitare avec Blake, mon correspondant californien, et jouer fameux morceaux « Freight train » en picking, la chambre-studio où se réunissait mon premier groupe de musiciens LiMoMiOl avec Oliver qui est maintenant dentiste à Hambourg et fameux musicien de Jazz, avec Lionel et Mo dont je joue encore aujourd’hui les compos de l’époque, l’endroit où je révisais mes cours tard le soir, sous les draps avec une lampe de poche pour ne pas déranger mes deux frères qui dormaient à côté, cette pièce où se sont déroulées mes premières scènes d’amour, acte I, cet endroit dis-ai-je (perturbation momentanée à l’évocation de ces émotions extraordinaires…), cet endroit où s’est déroulée ma jeunesse est maintenant un bouillon de culture, une vitrine pour talents en tout genre, un lieu animé de passions…Ah oui, je suis content. Merci à POLY et à ses bulles de styrène ! Signé : M2B dit « Michel De Brussel » car en fait, je suis un émigré, venu de Bruxelles à Strasbourg en 1960…Ca date et pourtant j’ai l’impression d’avoir toujours 20 ans. Ca doit être l’effet « 16 rue Edouard Teutsch », l’effet « bulles de savon » ou… l’amour tout simplement! Tchao et bon vent à toute l’équipe.

    Posté par M2B, 06 mars 2010 à 10:48 | | Répondre
  • Génial

    Merci à toi Michel de Brussel pour cette séquence souvenirs !!! La prochaine que tu passes, viens nous voir, on sera content de te faire visiter ton ancienne chambre et de tailler une bavette avec toi !!

    Au plaisir…

    La rédaction de Poly

    Posté par Rédaction POLY, 08 mars 2010 à 15:29 | | Répondre
Nouveau commentaire